Lausanne Sport, au pied du mur, a enfin montré du caractère, de l’efficacité et surtout du jeu, pour, au final, sévèrement fesser un Winterthur transparent et inexistant (5-1).

Englués depuis deux mois dans une spirale négative, avec des performances indignes d’un prétendant à la promotion, les Vaudois, mal barrés, se devaient de réagir. Samedi, la victoire était impérative pour ne pas sombrer dans la sinistrose et déjà hypothéquer la saison de tous les espoirs. Giorgio Contini, très discuté et menacé, a profité de la pause internationale et des deux matchs d’entraînement agendés, pour secouer le cocotier et remettre en question les soi-disant intouchables.

Carte jeunesse

Pour la venue d’une équipe zurichoise au classement flatteur, le chef a finalement fait des choix forts et risqués, en misant sur la carte jeunesse. Monteiro et Getaz n’étaient tout simplement pas inscrits sur la feuille de match. Les « stars » Cabral, Rapp et Geissmann ont dû chauffer le banc, en enfilant le costume du remplaçant. Cette option de tous les dangers s’est, au final, révélée être un électrochoc bénéfique et surtout un pari gagnant. En effet, les jeunes du Team Vaud, Pos et Puertas, deux mômes de vingt ans, ont apporté de l’insouciance et de la fraîcheur. Quant à Maxime Dominguez, il a rapidement prouvé qu’il méritait plus de considération et de temps de jeu accordé, jusqu’alors, au compte-goutte.

Dominguez opportuniste

Cette équipe « new-look », avec un formidable état d’esprit et une folle envie, a entamé les débats pied au plancher, pour, très vite, bousculer et mettre la pression sur une défense adverse qui ne s’attendait pas à subir pareil traitement. En jouant très haut dans le terrain, avec de l’agressivité et un pressing permanent, les Lausannois n’ont pas tardé à inquiéter le portier Spiegel, qui a passé un début de soirée très compliqué. Après quelques réelles opportunités, dans un commencement de match à sens unique, les « bleu et blanc », conquérants, étaient logiquement récompensés par une ouverture du score qui tombait comme un fruit mûr. Margiotta, alerté par Flo sur le côté gauche, adressait un centre millimétré, habilement dévié au premier poteau par Dominguez (12e).

Doublé de Pos

Winterthur, fantomatique, dépassé par le rythme imposé et la vitesse des transmissions, n’a jamais pu desserrer l’étreinte. Margiotta, inspiré et dans tous les bons coups auraient enfin pu ouvrir son compteur, sans les parades d’un Spiegel bombardé de travail (30 et 32e). Ce dernier se montrait moins à son avantage sur un coup de coin de Kukuruzovic. Sa sortie quelque peu hasardeuse faisait le bonheur du néophyte Pos, qui pouvait, de la tête, doubler la mise (33e). Les Zurichois, aux abonnés absents, auraient pu se relancer, si, sur corner, le défenseur Isik, surpris et maladroit, n’avait pas raté son affaire (41e). Après cette seule et unique alerte, les Vaudois, tout en maîtrise, s’envolaient déjà prématurément. Sur un coup franc de Kukuruzovic, toujours redoutable et décisif sur les balles arrêtées, un peu moins dans le jeu, Pos, euphorique, s’illustrait d’une parfaite et imparable déviation de la tête (45e + 2).

Troisième place au classement pour Lausanne

Dès le retour des vestiaires, Lausanne, affamé et décidé, n’allait pas tomber dans la facilité et se contenter de gérer. Bien au contraire! Pour le plus grand plaisir d’un public réconcilié avec les siens, les gars de Giorgio Contini ont poursuivi leur marche triomphale. Margiotta, toujours à la recherche de sa première réussite, se montrait encore malheureux à la conclusion (55 et 58e). A l’heure de jeu, Dominguez, sans surprise et de son mauvais pied, profitait d’un renvoi de Spiegel pour fêter un doublé personnel. Les pensionnaires de la Pontaise, archi dominateurs, se créaient une kyrielle d’occasions pour infliger, à l’opposition, une mémorable déculottée. Seul le nouveau entré Silva pouvait, sur une erreur défensive, saler l’addition (73e). Pour l’anecdote, Winterthur, à la rue, sauvait l’honneur par Alves sur un mauvais renvoi dans l’axe de Pasche, pourtant auteur d’une solide prestation (82e). Avec ce succès probant et acquis avec la manière, les Lausannois grimpent à la troisième place, à cinq points d’un Servette seigneurial et à trois unités du toujours surprenant Wil.

Choix cornélien pour Contini

A trois rencontres de la trêve hivernale et à mi-parcours, ils se doivent de confirmer ce renouveau et cette embellie bienvenus et surtout enchaîner des performances de choix, dans un calendrier ardu et compliqué. Afin d’aborder le derby lémanique tant attendu dans les meilleures et optimales conditions, les Vaudois devront absolument faire le plein dimanche, sur les terres d’un Aarau en nette reprise. Giorgio Contini, qui, grâce à son coup de poker gagnant, vient de sauver provisoirement sa tête, se trouve aujourd’hui confronté à un dilemme épineux. Il a deux solutions. Il pourrait sans autre, et personne ne lui en tiendrait rigueur, reconduire le onze qui a été convaincant et séduisant samedi soir. Il a aussi la possibilité d’apporter quelques retouches, en faisant appel à certaines valeurs confirmées, titillées et blessées dans leur orgueil. Ce choix cornélien en forme de roulette russe pourrait décider de l’avenir d’un Lausanne Sport qui, désormais, n’a plus le droit à l’erreur.


Lausanne Sport – Winterthur 5-1 (3-0)

Buteurs: 12e Dominguez 1-0 33e Pos 2-0 45e+2 Pos 3-0 60e Dominguez 4-0 73e Silva 5-0 82e Alves 5-1

(Crédit photo: Page Facebook du Lausanne Sport)