Deuxième étape de notre saga consacré à la « nuova generazione » des restaurateurs italiens avec un nouveau venu, le Bolgheri. Ouvert depuis deux mois, l’établissement fait respirer l’atmosphère italienne à ses clients. De l’accueil au dessert, tout est pensé Azzurri.

En entrant dans le nouveau restaurant italien situé à l’Avenue de Morges 119, on se sent directement en Italie. Un accueil en italien, ou en français, mais avec un accent bien du sud attend les épicuriens. Du service jusqu’à la cuisine, tous les employés sont à la même enseigne, pantalon sombre et sobre, chemises estampillées Bolgheri et de belles bretelles rouges enveloppent le tout.

« Comme chez soi »

La philosophie du lieu parle d’elle-même. « Avec ce restaurant, nous désirons rendre hommage à la cuisine italienne. Pour cela, nos chefs, amoureux de la gastronomie, respectueux des produits et de la saisonnalité, vous invitent à prendre place dans un voyage culinaire à travers l’Italie. La cuisine au goût très affirmé et à l’esprit comme chez soi. »

La carte, elle, revisite les mets italiens de manière différente. « Au Bolgheri, nous souhaitons que le client soit roi et se sente comme chez moi », confirme Enzo Stretti, le patron du restaurant.

Les pionniers

Depuis les années 70 et l’arrivée des novateurs tels que chez Mario, la Trattoria Toscana ou encore la Nonna, le visage de la gastronomie italienne à Lausanne a particulièrement évolué. Cette dernière a été ouverte par le père d’Enzo Stretti. « C’était en 1974. Avec ces établissements, les Lausannois découvraient les mets italiens, c’était une belle époque pour avoir un restaurant, car les gens étaient curieux et ne connaissaient pas forcément la gastronomie du sud. »

Patron du Restaurant Bolgheri, Enzo Stretti veut que « le client soit roi et se sente comme chez lui. » (Crédit photo: Vertical-Element/VM)

L’évolution a vu l’éclosion de nombreux restaurants, parfois éphémères, parfois douteux, parfois surprenants. Les précurseurs d’il y a 50 ans travaillaient quasiment main dans la main. « Pour certaines commandes, ils se mettaient ensemble afin d’avoir de meilleurs prix, car ils achetaient en gros, explique Enzo Stretti. Il n’y avait pas de concurrence, ou peut-être qui si, mais de manière saine et sans rivalité. »

« Entente cordiale et amicale »

La « nuova generazione » de restaurants italiens, comme évoquée par nos lecteurs, comprend plusieurs nouveaux établissements comme l’Amici, à César-Roux ou la Poesia, à l’Avenue de Chablais. Le Bolgheri rejoint cette appellation. Est-ce que l’ « union » de ces trois est comparable à celle des années 70? « Oui, certainement. Mon entente avec les deux est cordiale et amicale. J’adore manger chez eux », sourit le patron du Café-théâtre Les Faux-Nez situé juste au-dessous de son établissement.

Cette « nuova generazione », au leitmotiv commun, c’est-à-dire la volonté de revisiter la gastronomie italienne via des recettes traditionnelles et ancrées dans la culture italienne, est au service du client avec envie et de manière raffinée. Ce doux mélange qualitatif, familial et professionnel ravit et ravira les papilles lausannoises.

Plus d’information: Le site internet du restaurant Bolgheri et sa page Facebook