Vendredi soir, j’ai eu l’honneur d’être « invité » à déguster les Malakoff de Luins connus au-delà des frontières du canton de Vaud.

En tant que Lausannois aux papilles bien aiguisées, j’ai été obligé de m’expatrier le temps d’une soirée hors de ma ville de résidence, bien aidée par mon accompagnante du jour et son amour pour les Malakoff qu’elle ne connaissait pas avant de me connaître (!).

L’entrée parfaitement mise en scéne par lausanne.com

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un Malakoff ? Il s’agit d’une spécialité vaudoise qui peut se définir comme un beignet au fromage. Ils ont une forme sphérique et le fromage utilisé est le Gruyère… tout droit arrivé de Fribourg… Allez comprendre… De surcroît, ils ont été inventés pour donner à manger à des troupes anglaises et françaises, dans les rangs desquels de nombreux Suisses combattaient. Tout ce beau monde était immobilisé dans la ville de Sébastopol défendue notamment par le Fort Malakoff. Pour se réchauffer, les soldats faisaient frire des tranches de fromage. Je vous laisse imaginer ce que les Suisses ont ramené comme idée à la maison.

62 ans d’existence

Et « Pouf », voilà l’Auberge de Luins qui a vu le jour en 1957 et continue d’être dirigé par la famille Marguerat depuis plus d’un demi-siècle. Et franchement, son service est irréprochable. Mon impatience n’aura pas été mise à rude épreuve. On a choisi le menu maison (39 francs) :

Charcuterie de campagne, jambon cru, viande séchée du Valais, saucisson vaudois et lard de Begnins
****
Malakoff de Luins à volonté, salade de saison
****
Tartelette au citron à l’ancienne ou tourte de nougat glacé

D’ailleurs, ce mot volonté m’a toujours fait rire, car il peut être à double sens. La volonté d’atteindre un but ou de se mettre au régime, alors que cela veut également dire manger de manière illimitée… Quelle dualité, ne trouvez-vous pas ? Bref, je m’égare, comme lors de chaque article, excusez-moi, mais il y a tant de choses à dire…

Chaud, croquant, fondant, le kiff’

Donc l’entrée arrive (bonne présentation et délicieuse) avec un bon vin blanc du mois, de quoi nous faire patienter jusqu’au plat pour lequel on est venu. Et il arrive avec sa petite salade de saison et quel délice, tout droit sorti de la cuisine avec un soupçon de moutarde. Ça passe tellement bien, croquant à l’extérieur et fondant à l’intérieur. Un véritable régal! Nous les alignons gentiment jusqu’à ce que mon accompagnante n’en puisse plus… Je continue donc..

Une photo de la part de l’Auberge de Luins de ces fameux Malakoff

Voulez-vous un décompte final? Est-ce que les calculs se font comme lorsqu’on doit avouer notre nombre de partenaires sexuelles? Fois 3 pour les hommes; divisé par 3 pour les femmes? Je vais être honnête. Je dirais que j‘ai pu en manger 6, peut-être 7 ; mon accompagnante, 2 de moins. C’est déjà une belle performance ! Et j’ai repris trois fois de la salade.

Addition en adéquation avec la soirée

Le dessert est fait maison et super bon. La carte des vins est régionale et c’est une très bonne chose. Nous sommes ravis de notre escapade du côté de Luins, même si c’était un peu loin…

L’addition est respectable au vu de la qualité et de la quantité mangée ainsi que plusieurs verres de vin. Seul point négatif, mon accompagnante qui devait payer a oublié son porte-monnaie, je paie donc avec un sourire crispé. J’ai 32 ans et on ne me m’avait jamais fait ce coup, mais elle a dit qu’elle me rembourserait, donc tout va bien (et entre temps elle a tenu parole) !

Bref, je vous conseille vivement cet établissement qui a plus de 60 ans donc l’expérience du bon goût et du service impeccable. Et vive les Malakoff !

Plus d’information: Le site internet de l’Auberge de Luins

P.S: Désolé, le Malakoff disparaissait à chaque fois avant de pouvoir prendre la photo